Alfonsina vestida de mar et Valéria à la mer ne va pas…

Alfonsina vestida de mar e Valeria al mar non va…

mer-normandie-mare-normandia

FR

Est-ce que vous connaissez Alfonsina Storni?
Moi je ne la connaissais pas et je l’ai rencontré parmi les notes d’une chanson.

J’écoutais Ane Brun, chanteuse norvégienne, quand elle commença sa magnifique interprétation d’une chanson en espagnol.

Curieuse de comprendre les paroles de la chanson, j’ai découvert l’histoire d’Alfonsina, morte dans les vagues de la mer.

Alfonsina Storni est une poétesse du postmodernisme argentin du début du 20° siècle.

En lisant sa vie et son parcours, humain comme artistique, j’étais capturé par ses poésies et surtout celle parlant de l’amour secret de son passé. On ne peut pas savoir tout ce qu’il y a dans le cœur d’une femme.

Malheureusement, je n’ai trouvé quasiment aucune traduction de ses poésies en français, mais je vais vous raconter ce qui m’a captivé chez cette femme, et si vous êtes intéressés et que vous comprenez l’espagnol vous pourrez chercher ses poésie sur internet ou en achetant un de ses livres.

Mère célibataire, elle n’a jamais révélé l’identité du père de son fils, et elle a affronté et vaincu la honte d’être une jeune mère célibataire dans un pays fortement machiste. Dans une époque où les femmes n’étaient pas vraiment libres, elle a réussi à faire des difficultés de sa vie une victoire et à devenir une des poétesses les plus importantes de son pays.

Alfonsina a dit d’elle même « Ils m’ont appelé Alfonsina, ce qui veut dire prête à faire n’importe quoi ».
Je me sens moi aussi un peu comme elle, sauf que mon prénom veut dire elle qui a valeur. En fait je suis comme l’or et je ne le savais pas…
Femme très moderne, elle s’est opposée à la société, elle a dénoncé le manque de libertés et d’indépendance des femmes.
Thème encore d’actualité.
On a fait beaucoup de changement, mais la femme est encore étouffée dans une société très masculine.
Les femmes doivent encore apprendre à vraiment se libérer du jugement, des clichés et vivre librement son corps et sa propre intimité, je pense que c’est un parcours difficile et des fois douloureux pour quelqu’un.
En octobre 38, Alfonsina, gravement malade, se laisse aller dans les vagues de la mer. Mais avant elle aura laissé une dernière poésie:

Je vais à dormir

Dents de fleurs, coiffe de rosée,
mains d’herbe, toi ma douce nourrice,
prépare les draps de terre
et l’édredon sarclé de mousse.

Je vais dormir, ma nourrice, berce-moi.
Pose une lampe à mon chevet;
une constellation, celle qui te plaît;
elles sont toutes belles : baisse-la un peu.

Laisse-moi seule : écoute se rompre les bourgeons…
un pied céleste te berce de tout là-haut
et un oiseau esquisse quelques voltes

pour que tu puisses oublier… Merci. Ah, une dernière chose :
s’il venait à me téléphoner
dis-lui qu’il n’insiste pas et que je suis sortie…

J’ai été trop sérieuse dans cet article, bon, il fait chaud, on va à la mer? 🙂

alfonsina_storni

IT

La conoscete Alfonsina Storni?
Io non la conoscevo, e l’ho incontrata tra le note di una canzone.

Ascoltando la cantante Ane Brun, bellissima voce norvegese, sono stata colpita dalla sua interpretazione di una canzone in lingua spagnola.

Curiosona come sono, ho letto il testo e la sua traduzione.
Ho scoperto che racconta di Alfonsina, morta tra le onde del mar.

Alfonsina Storni è stata una poetessa argentina vissuta all’inizio del ‘900.
Leggendo della sua vita e del suo percorso umano e artistico, sono rimasta molto colpita dalle sue poesie e dal desiderio di tenere segreto un amore passato.

Chi è colui che amo? Non lo saprete mai.

Mi scruterete gli occhi per scoprirlo e non vedrete
mai che il fulgore dell’estasi. Io lo imprigionerò
perché mai sappiate immaginare chi ho dentro il
mio cuore, e lì lo cullerò, silenziosamente, ora
dopo ora, giorno dopo giorno, anno dopo anno.
Vi darò i miei canti, ma non il suo nome. Lui
vive in me come un morto nella sua tomba, tutto
mio, lontano dalla curiosità, dall’indifferenza, dalla malvagità

« Nessuno può sapere cosa vive e muore nel cuore di una donna. »

Non rivelò mai il nome del padre di suo figlio, e trasformò la vergogna sociale di essere una ragazza madre in una vittoria.

Disse di se “Mi chiamarono Alfonsina, che significa disposta a tutto ».

Io sono come la lupa, me ne vado sola e rido
dovunque sia, poichè ho una mano
che sa lavorare e un cervello sano.

Chi mi può seguire venga con me,
ma io me ne sto ritta, di fronte al nemico,
la vita, e non temo il suo impeto fatale

perchè ho sempre un pugnale pronto in mano.

Il figlio e dopo io e dopo…quel che sia
che prima mi chiami alla lotta.
Talvolta l’illusione di un bocciolo d’amore
che so sciupare prima ancora che diventi fiore.

Anche io mi sento un pò così, anche se Valeria significa colei che vale, quindi in sostanza sono come l’oro…

La sua estrema sensibilità e modernità di pensiero la portarono a criticare duramente il sistema generale e il maschilismo imperante, una denuncia all’impossibilità per una donna di vivere la propria libertà, la propria indipendenza.

Temi ancora attuali.

Troppe donne ancora sono soffocate.
Imparare a liberarsi dai pregiudizi, dai luoghi comuni, imparare a vivere pienamente la propria intimità e il proprio corpo, non più all’ombra dell’uomo, forse è un percorso troppo doloroso.

Nell’ottobre del ’38, Alfonsina, ormai gravemente malata, si lascia andare tra le onde a Mar de la Plata, lasciando un’ultima poesia:

Voglio dormire

Denti di fiori, cuffia di rugiada,
erbose mani, tu, nutrice lieve,
tienimi pronte le lenzuola di terra
e la coperta di muschio cardato.

Vado a dormire, o mia nutrice, cullami
Ponimi una lucerna al capezzale
una costellazione; quella che ti piace;
tutte van bene; smorzala un pochino.

Lasciami sola: ascolta erompere i germogli…
un piede celeste ti culla dall’alto
e un passero ti traccia uno spartito

perché dimentichi… Grazie. Ah, un incarico
se lui chiama di nuovo per telefono
digli che non insista, sono andata…

Mo basta, sono stata troppo seria in questo articolo, fa caldo, andiamo al mare? 🙂

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s