Philosophie de vie – Filosofia di vita

camminareFR

J’ai été une très mauvaise blogueuse ces derniers temps, pardonnez moi, mais c’est parce que j’étais très occupée avec le travail et le déménagement.
Hé bien maintenant dans ma vie quelques chose a changé, j’ai finalement pris des décisions importantes, et pour ça j’ai fait confiance au hasard.
Je vais vous raconter ce qui m’est arrivé ces derniers temps et je vous expliquerai aussi ma nouvelle philosophie de vie.
Vers la fin du mois d’avril j’ai reçu une offre de travail intéressante provenant de Turin, qui durerait trois mois.
Le moment était donc arrivé de faire des choix. Jusqu’ici j’étais restée bien enfermée dans mes faibles certitudes, et je m’y sentais immobile, statique et fatiguée.
J’avais le besoin viscéral de changer quelques chose, mais j’étais comme bloquée.

« Il vient aussi de buter contre le premier de ses ennemis naturels : la Peur.
C’est un ennemi terrible – traître, difficile à surmonter, toujours caché au détour du chemin, à vous guetter. Et si, terrifié par sa présence, il se sauve, son ennemi aura mis un terme à sa recherche.

– Et qu’arrive-t-il à l’homme qui s’enfuit sous l’effet de la peur ?

– Rien d’autre, sauf de ne plus jamais rien apprendre. Jamais il ne deviendra un homme de savoir. Ce sera peut-être un bravache, ou un couard inoffensif ; de toute façon, un vaincu. Son premier ennemi aura mis un terme à ses ambitions.

– Et que peut-on faire pour surmonter cette peur ?

– La réponse est simple. Ne pas se sauver. Défier sa peur, et malgré elle, avancer dans le savoir, pas à pas. On peut être profondément effrayé, sans pour autant s’arrêter. Voilà la règle. Puis le moment viendra quand le premier ennemi reculera. L’homme commencera à se sentir sûr de lui. Son dessein deviendra plus délibéré. L’étude ne sera plus pour lui une tâche insurmontable. A ce moment, on peut prétendre à juste titre avoir vaincu le premier ennemi naturel. »

J’avais peur.

Je ne voulais pas quitter mon appartement parisien, symbole de ma renaissance après beaucoup des souffrances. En même temps peur de me séparer de mon copain. Peut-être aussi peur d’une évolution quelconque dans ma relation avec lui, parce que quitter mon appart ça voulais dire aller vivre ensemble quand je rentrerai à Paris.
Et puis j’ai bravé ma peur, maintenant je suis à Turin toute seule, et je resterais ici pour les trois prochains mois.
Comme je l’ai déjà écrit plus haut, la décision de quitter temporairement Paris je l’ai laissé au hasard.
Je me suis dit « Valeria, si tu ne sais pas quoi faire, laisse le hasard te conduire ».
J’ai donc publié une annonce pour chercher une chambre dans le quartier que j’aime le plus à Turin, et je me suis donné une semaine d’attente. Eh bien, j’ai trouvé l’appart le jour même! Peut-être alors que c’est le destin qui a fait que je devais rentrer temporairement dans mon beau Pays, un destin que j’ai conduit,  un flux que j’ai accompagné.
Quand je rentrerai à Paris j’irais vivre avec mon copain. J’ai pris beaucoup de temps pour prendre ce choix, j’étais terrorisée. Y a-t-il quelqu’un qui n’a jamais eu le cœur brisé par quel’un d’autre?  « Qui aima jamais porte une cicatrice ».
Mais s’enfermer dans ses propres peurs ce n’est pas vivre, et même si des fois l’amour a peur, je veux risquer d’être heureuse, et dans tout les cas je serai contente de mes choix.

« – L’homme n’aura-t-il pas peur à nouveau, si quelque chose d’autre lui arrive ?

– Non. Lorsqu’un homme a vaincu la peur, il en est quitte pour le reste de ses jours, car la clarté a remplacé la peur – une clarté de l’esprit qui efface la peur. Mais alors un homme connaît ses désirs, il sait comment les satisfaire. Il peut s’imaginer les nouvelles étapes du savoir, tout se trouve baigné d’un clarté violente. Il sent que plus rien n’est caché. « 

‘L’herbe du diable et la petite fumée’ de Carlos Castaneda.

Je suis en train d’apprendre a ne plus avoir peur, je vais beaucoup mieux, je suis plus positive et je recharge mes énergies pour quand je rentrerai en France et commencerai ma nouvelle vie.
Au jour d’aujourd’hui je suis contente de mes choix et de mon boulot, je suis animatrice pour une nouvelle série et je travaille sur un projet personnel de BD qui me tient à cœur…
Et bien sûr je me prépare à faire face à mes prochains ennemis.
Et vous comment vous faites vos choix et comment vous vous comportez avec vos peurs?

IT

Sono stata una pessima blogger in questo ultimo periodo, vi chiedo scusa, ma a mia discolpa posso dire che sono stata molto impegnata tra lavoro e trasloco.

Ebbene, adesso nella mia vita qualcosa è cambiato, ho preso finalmente delle decisioni importanti, l’ho fatto affidandomi un po’ al caso.

Raccontandovi del mio ultimo periodo, vi spieghero’ meglio anche la mia filosofia di vita.

Verso fine aprile mi si è presentata un’offerta interessante di lavoro a Torino per tre mesi.
Era giunto quindi il momento di prendere delle decisioni. Fino a quel momento ero rimasta ben salda nelle mie flebili certezze, ma mi sentivo immobile, statica e stanca. Sentivo l’esigenza di un cambiamento, eppure mi sentivo bloccata.

E così si è imbattuto nel primo dei suoi nemici naturali: la Paura.
Un nemico terribile, traditore, e difficile da superare. Si tiene nascosto a ogni svolta della strada, in agguato, aspettando. E se l’uomo, atterrito dalla sua presenza, fugge, il nemico avrà messo fine alla sua ricerca

-Che cosa accadrà all’uomo che fugge per il terrore?

– Non gli accadrà nulla, tranne che non imparerà mai. Non diventerà mai un uomo di conoscenza. Sarà forse un uomo borioso, o innocuo, o spaventato; in ogni caso, sarà un uomo sconfitto. Il suo primo nemico avrà messo fine ai suoi desideri.

-E che cosa può fare per vincere la paura?

-La risposta è semplicissima. Non deve fuggire. Deve sfidare la sua paura, e a dispetto di essa deve compiere il passo successivo nell’imparare, e il successivo e ancora il successivo. La sua paura deve essere completa, e tuttavia non si deve fermare. Questa è la regola! E verrà il momento in cui il suo primo nemico volgerà in ritirata. L’uomo comincia a sentirsi sicuro di sé. Il suo intento diviene più forte. Imparare non è più un compito terrificante. »

Avevo paura.
Non volevo lasciare il mio appartamento parigino, significava la rinascita dopo tanta sofferenza. Paura allo stesso tempo di separarmi dal mio ragazzo. Paura forse di un evoluzione, perchè lasciare la propria casa voleva significare in fondo andare a convivere al mio rientro.

E cosi’ ho sfidato la mia paura, adesso sono a Torino da sola e ci staro’ per tre mesi.

La decisione se partire e lasciare temporaneamente Parigi, come ho anticipato, l’ho lasciata al caso.
Mi son detta « Valeria, visto che non sai quale sia la cosa giusta da fare, fai in modo che il caso ti guidi ». Cosi’ ho pubblicato un annuncio nel quale ho scritto che cercavo una stanza e mi son data una settimana di tempo per trovare casa nella zona che volevo. Il giorno stesso l’ho trovata, e allora forse era destino che io dovessi rientrare temporaneamente nella mia bella Italia. Un destino che pero’ è stato guidato da me, uno scorrere accompagnato dal mio sguardo.

Al mio rientro a Parigi andro’ a vivere con il mio ragazzo, stavo temporeggiando da molto più tempo su questa scelta, mi spaventava molto, chi non ha il cuore ferito da un’importante storia finita male? « Chiunque abbia mai amato porta una cicatrice ».

Ma non è vivere se ci ferma nelle proprie paure e anche se l’amore qualche volta ha paura, io voglio correre il rischio di essere felice e in qualsiasi modo andrà a finire io saro’ serena delle mie scelte.

“ -Ma l’uomo non avrà ancora paura se gli succederà qualcosa di nuovo?

-No. Una volta che un uomo ha vinto la paura, ne è libero per tutto il resto della sua vita perché, invece della paura, ha acquistato la lucidità: una lucidità mentale che cancella la paura. A questo punto l’uomo conosce i suoi desideri; sa come soddisfare tali desideri. Può anticipare i nuovi passi dell’imparare, e una limpida lucidità circonda ogni cosa. L’uomo sente che nulla è nascosto. »

‘A scuola dallo stregone’ di Carlos Castaneda.

Adesso che sto imparando a sconfiggere la paura sto meglio, sono più positiva e sto ricaricando le batterie per il rientro in Francia e l’inizio della convivenza.

Sono molto contenta delle mie scelte e del mio lavoro, attualmente sono animatrice per una nuova serie e pian piano porto avanti un progetto personale di un fumetto a cui tengo molto e mi sto preparando per affrontare i prossimi nemici…

E voi come affrontate le scelte e la vostra paura?

Publicités

2 réflexions sur “Philosophie de vie – Filosofia di vita

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s